Comment moins subir la charge mentale ?

La charge mentale est responsable de nombreux maux chez la femme. Certains Messieurs m’excuseront si la charge mentale ne se conjugue pas au masculin. Malheureusement pour nous les femmes, les cas de charge mentale préoccupante chez les hommes sont très exceptionnels !

On ne cesse d’en parler ces dernières années mais la sociologue Monique Haicault avait déjà défini ce principe de charge mentale en 1984. D’autres sociologues ( femmes) ont ensuite continuer de souligner l’écart existant dans la répartition des tâches ménagères dans le couple. Il en découle une part importante de travail domestique invisible. C’est cette charge cognitive importante qui pèse sur les femmes. Elles ont l’impression de vivre une 2ème journée non seulement concrètement en rentrant du travail, mais aussi (et c’est probablement le plus fatiguant) mentalement, pendant toute la journée de travail.

De quoi est composée la charge mentale ?

  • les rendez-vous médicaux pour toute la famille
  • les amis à inviter ( et accessoirement les courses et le repas à préparer pour que la fête soit réussie)
  • les tâches ménagères
  • l’école et les activités extra-scolaires
  • les vacances à préparer et les vacances des enfants à “remplir”, etc.

1- Avoir conscience d’être “chargée mentalement”

Beaucoup des clientes chez qui je me rends sont débordées. Elles ne prennent pas le recul pour se rendre compte qu’elles souffrent de cette charge mentale qui pèse sur elle. J’espère que cet article les aidera à identifier leur propre charge mentale et comment s’en alléger. Je vous conseille également de faire ce test en 20 questions proposé par Psychologies magazine.

2- Se décharger mentalement

La solution de poser par écrit ce que l’on a en tête fonctionne très bien. Beaucoup d’entre nous utilise déjà cette technique pour la liste des courses. Et cela marche, n’est-ce pas ? Pour que cela fonctionne, il faut s’assurer de ne pas oublier ou perdre cette liste. Eh oui, l’important est qu’elle soit lue. Pour la charge mentale, c’est la même chose, il faut l’écrire dans le but que ce soit lu (donc visible).

Affichez ce que vous avez en tête sur l’agenda familial, la porte du frigo, dans l’entrée, etc… L’important est que Monsieur le voit. Ne vous attendez pas à ce qu’il vous propose naturellement de vous décharger mentalement (vous savez comme moi que ce n’est pas dans sa nature) . Mais à force de l’avoir sous les yeux, viendra un moment où il comprendra qu’il peut en prendre une partie ( aussi infime soit-elle, cela sera déjà ça en moins à votre charge).

3- Répartissez votre charge mentale et déléguez-la

Vous avez déchargé sur papier ce que vous aviez en tête. Vous constatez d’ailleurs à votre grande surprise que la liste n’est pas si longue. Le fait de poser les choses sur papier les dédramatise. Mais allez jusqu’au bout et déléguez-en ( même si c’est peu, ce sera un début et vous verrez que, aussi minime ce soit, cela vous déchargera).

Auprès de qui se décharger mentalement ?

  • Son conjoint évidemment! Et ne me dites pas qu’il n’en n’est pas capable, c’est juste vous qui êtes trop exigeante ( et c’est là qu’il vous faut faire un travail psychologique plutôt que de grossir votre charge mentale)
  • Son ex-conjoint si c’est le cas. Divorcée ou pas, la charge mentale doit peser autant que la pension alimentaire.
  • Ses enfants que, à tort, l’on ne sait plus responsabiliser.
  • La nounou: tenez un cahier du jour avec elle ” faire un shampoing à la dernière ce soir ” , ” faire travailler son piano à ?”, etc…
  • La femme de ménage: écrivez sur un cahier ou bien par texto ( voyez ce qui est le plus pratique pour vous, mais écrivez plutôt que de parler: ça vous permet de le faire quand vous y pensez et surtout quand cela vous arrange).

Et pour aller plus loin, choisissez parfois une journée qui a été riche en actions pour valoriser tout le travail accompli. Et notez toutes ces tâches sur une “Did-list“, vous verrez comme c’est gratifiant. Grâce à ça, le lendemain, vous commencerez votre journée en vous sentant tellement mieux ! Et par définition, votre entourage aussi en ressentira les bienfaits.

J’espère que cet article vous aura éclairé. Gardez bien à l’esprit les dangers d’une surcharge mentale. Quand celle-ci est associée à des troubles du sommeil ou encore une hyperémotivité, c’est le début du burn-out !

N’hésitez pas à m’appeler pour que l’on en parle ensemble


J'appelle Elodie, du lun 8H au dim 21H

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *